Le Clan du Brahmin Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Décadence

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le Clan du Brahmin Index du Forum -> Public -> Présentation du groupe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Barayar

Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 23 Fév 2012
Messages: 468
Masculin
Nom TI: Barayar
Nom TO: Andrew Mac'Cord
Patriarche
Faction - Groupe: Alliance Barbare
Background: BARBAAAAAAAARES

MessagePosté le: Jeu 2 Aoû - 13:32 (2012)    Sujet du message: Décadence Répondre en citant

Toute croyance a besoin d'un peuple pour être. Le Grand Brahmin aussi. Il est un clan qui voua son existence à vivre selon les préceptes inculqués par le Grand Brahmin, depuis la Forge du Ciel, moment où Brahmin chuta sur la terre de ces hommes pour leur offrir l'acier brahminesque. Ce clan vivait durement, mais paisiblement. Les rares contacts qu'ils avaient avec la civilisation et les autres clans se limitaient à des échanges commerciaux de peaux et de lait fermenté connu sous le nom de "semence du Brahmin". Certes les différents clans de la grande steppe étaient belliqueux, certaines tensions éclataient et étaient réglées par un duel, mais d'aucun n'aurait voulu une guerre...

Puis vint le Patriarche Bul'Alastor. On dit qu'il tua son frère et son père pour accéder au pouvoir. Cela devint d'ailleurs une tradition d'être le seul héritier car s'il était jugé comme un faible, à sa mort aurait été élu un autre patriarche. Mais le Bul'Alastor était rusé et interdit que l'on relève un défi contre une personne n'ayant pas atteint ses dix-sept printemps. Il imposa aussi une épreuve initiatique de survie à chaque enfant agé de douze ans : ramener la corne d'un Auroch. Cette épreuve fut appelée "Mania".

Peu d'hommes se souviennent que ce fut lui qui apporta ces traditions. Car Bul'Alastor est connu pour avoir déclenché la guerre des clans. Avide de pouvoir et de richesse, frustré par sa stérilité et effrayé jusqu'à la paranoïa par l'idée de mourir sans laisser d'héritage, il convia à une assemblée tous les chefs des six clans voisins. Il ordonna que chaque fille de chef lui soit offerte en présent de mariage, et qu'il réduirait en cendres chaque village s'il ne parvenait pas à obtenir un enfant de chacune d'entre elles. Certains acceptèrent dans l'espoir de nouer une alliance, mais tous ceux qui refusèrent furent étripésr et pendus par les testicules aux pieux de l'entrée pour ne pas avoir voulu "offrir de leur burne un peu d'intelligence".

Le ravage débuta au quarante-deuxième hiver du Patriarche. Les premiers à tomber furent le clan de la Marmotte. Choix par défaut si ce n'est que leur chef fut le dernier à être trouvé lors du massacre pour s'être caché dans un coffre de vêtements. Le clan du Brahmin devait répondre à la tyrannie même si certains n'étaient pas d'accord. Ils tuèrent, tuèrent et tuèrent encore jusqu'à ce que la steppe devint rouge et glissante. On raconte que c'est à cette époque qu'apparut le Lac de Feu. Une cuvette formée par les ruisseaux de sang de chaque clan. Bul'Alastor croyait aux signes, et son vieux Shaman, Sigil'Mor lui avait prédit en lisant dans les runes que s'il se baignait dans le Lac, il aurait la vie éternelle.

Ce que le Patriarche ignorait, par contre, c'est que Sigil'Mor avait signé un pacte avec les forces diaboliques des plans dimensionnels du multivers ombresque. Contre le sacrifice de dix-milliers d'hommes, le Shaman obtiendrait la réincarnation en Bul'Alastor d'un démon primordial censé faire basculer la balance équilibrée vers le chaos. Plus celui-ci sacrifierait des vies, plus son emprise sur son corps serait moindre, jusqu'à devenir ce démon. Après avoir rasé les autres clans, et tenant scrupuleusement les comptes, le Patriarche alla se baigner et proposa un défi à n'importe quel guerrier, pour qu'il accède à l'immortalité dans l'honneur. Le Shaman s'en léchait déjà les babines dans son esprit tourmenté.

Tous étaient effrayés à l'idée de croiser le fer avec cette brute ayant accumulé autant de pouvoir par le sang des hommes. Personne n'osa bouger, sauf un enfant. Un fils du Brahmin. Il s'avança, baignant dans le sang jusqu'à la taille et tenant une dague devant lui. Il ne tremblait pas. Eructant d'impatience, Bul'Alastor releva le défi et marcha vers l'enfant. Indiciblement, le garçon planta sa dague dans le genou du géant. Furieux, celui-ci plongea son épée dans le crâne de l'enfant jusqu'à ce que la pointe sorte par son anus et l'empale au milieu du Lac. Au même instant où l'âme du garçon rejoignait la Célèste Etable, une onde de choc partant du patriarche propulsa tout le monde au sol. Sigil'Mor se releva, incrédule devant la scène qui s'offrait à lui : de chaque goutte de sang versée, un corps se relevait pour planter une lame de lumière dans le ventre du Patriarche. Et lorsque le Lac fut remplacé par un tout petit peu moins de dix-milles hommes et femmes, le démon enfermé dans Bul'Alastor hurla une malédiction :

"Jamais le Clan du Brahmin ne connaitra la paix car toujours il fera couler son sang. Je vous maudits, et toujours enverrai les hommes mourir sous votre épée jusqu'à ce que vous tombiez sous la leur. Et lorsque dix-milles cadavres viendront souiller vos armes et vos boucliers alors je paraitrai devant tous pour vous asservir et dominer votre destin à tout jamais !"

Sigil'Mor disparut de la circulation, certainement dans le tumulte qui s'en suivit. Les membres des autres clans, tous conscients que le clan du Brahmin avait été dupé pardonnèrent aux hommes et scellèrent un pacte sur une corne de brume. Quand le souffle du cor retentira, tous rappliqueront pour se battre à leur côté lorsque viendra le temps. Ce fut une époque prospère pour tous. Les échanges entre les tribus fortifièrent les ressources et les techniques aussi bien martiales que mercantiles. Le niveau de santé s'éleva aussi grâce à l'alliance entre les Shamans, les soigneurs arcaniques et les chirurgiens.

Cependant les défis ne cessèrent d'affluer, comme prédit par le démon Bul'Alastor. Des hommes possédés par une rage incohérente attaquaient par centaines les villages et il devint rare de n'entendre sonner la Corne de l'alliance qu'une fois par Lune. Même si tous combattirent avec force et foi en Brahmin, il devint évident qu'ils ne tiendraient jamais contre tous ses assauts répétés. C'est pourquoi, au terme d'un rituel annuel, tous les clans s'unirent sous la bannière du Clan du Brahmin pour répondre au démon. Ils feraient tous couler le sang avec plus de virulence que jamais, jusqu'à ce qu'enfin les dix-mille carcasses viennent à rotir au Lac de Feu. Et que s'il avait autant impatience de se montrer et d'asservir le Brahmin, que tous tueraient avec plus véhémence afin que Bul'Alastor apparaissent de force et qu'ils le défassent une fois pour toutes.

Brahmin leur répondit par un signe dans la Grande Voie Lactée. Elle se déchira en sept parties, un hexagone entourant une pièce centrale. Et tout fusa vers le cercle du rituel dans une gerbe de lait vers la terre et ne laissant que des symbôles brûlants et fumants au sol. Les Shamans interprétèrent cela de différentes façons, ce qui ne manqua pas de créer des tensions. Certains en vinrent aux mains, les discussions alimentées par quelque sombre oeuvre. Jusqu'à ce qu'un couteau soit tiré et plongé dans la gorge du Shaman de la Marmotte. A ce moment-là, tout se fit silence. Le sang glougloutta jusqu'à la représentation d'un colifichet en forme de tête réduite, qui se matérialisa et fit entendre d'une voix d'outre-tombe ses sombres paroles :

"Ouiii, encooore... Je me gorgerai de votre sang à tous car son goût est celui de la liberté que je vais tous vous ôter. J'entends vos paroles résoner jusqu'aux abysses et m'en délecte d'avance. Continuez, je vous en priiie... Je jouirai sur vos carcasses et vous relèverez esclaves de mes désirs. Partez donc l'espoir au coeur, je me ferai un plaisir de vous l'arracher."


Puis, la tête réduite poussa un long soupir orgasmique et s'éteignit. Ce qui s'ensuivit fut un des plus grands actes de foi que cette lutte connut. Les six derniers Shamans s'avancèrent et demandèrent à être sacrifiés afin de détruire le pouvoir latent de chaque artefact. L'un après l'autre, ils furent exécutés, passant leurs pouvoirs à leurs apprentis. Rien n'apparut plus fort comme geste d'espoir et au fond de son plan dimensionnel restreint, Bul'Alastor frémit de doute. Et comme le sang de chaque Shaman souillait les symbôles, les différents objets apparurent, luisants d'une lueur malveillante. Ils entonnèrent une raisonnance macabre puis disparurent, ne laissant dans l'air, qu'une plainte lente et désolée. Les gardiens du savoir unirent leur mémoire pour rappeler quels étaient les septs objets présents. Outre le colifichet en tête réduite qui fut offert au nouveau Shaman du Brahmin, on parle d'une épée, d'une corne, d'un pis, d'une femme, d'une lance et d'une pelle.

On raconte aussi qu'au moment où tous les objets disparurent, Sigil'Mor apparut. Tous pour le coup tentèrent d'assaillir le Shaman qui n'était qu'une vision. Rongé par le mal en son for intérieur, son corps putréfié argua une parodie de son sorti de nul part et proclama que pour espérer combattre Bul'Alastor, il leur faudrait à tous réunir les artefacts. Ainsi peut-être connaitraient-ils la paix. Et juste après que la vision disparut dans un grand rire, des hordes de fanatiques possédés se ruèrent sur les hommes mal-préparés. Les faibles pertes occasionnées eurent pour effet de pousser les hommes à se dire qu'ils ne tiendraient pas pour la postérité à force de se faire harceler aussi souvent. C'est pourquoi plusieurs délégations furent envoyées pour retrouver les objets perdus.

Au cours des quelques siècles qui s'ensuivirent, les clans, harassés sans relâche, se replièrent sur eux-mêmes pour assurer leur prorpre survie. C'est ainsi qu'un à un, ils tombèrent face à l'ennemi. Seul le Clan du Brahmin résista encore, mais sans avoir l'occasion de pouvoir saisir les artefacts sous la pression des fous. Entraînés par des années de combat, ils devinrent de redoutables guerriers et la vie à l'intérieur du clan se fit plus dure. Au cours d'une bataille proche de notre temps, il y quelque cent ans, un homme s'éleva au-dessus des autres et osa faire ce qui était nécessaire.

Son nom était Jormungar, Patriarche du Brahmin. Il décida que le temps des demi-mesures étaient révolu. Il fallait absolument trouver les artefacts avant de se faire complètement anéantir et que Bul'Alastor gagne. Peu d'hommes acceptèrent de le suivre, mais les plus braves et surement les plus sages de ceux qui l'accompagnèrent préparèrent leur âme à rejoindre la Céleste Étable. Perpétuellement en état de siège, ils ouvrirent les portes et opérèrent une sortie réussie. Un an s'écoula au sein du clan, à toujours repousser l'ennemi mais perdant peu à peu l'espoir du retour. Certains voulurent même négocier avec l'assaillant et jamais plus on ne les revut. Et puis vint le crépuscule, où sept guerriers passèrent au travers des ligne, effrayant la peur elle-même. Les portes furent ouvertes pour accueillir Jormungar en héros. À sa main, il tenait l'épée du Brahmin.

Ses deux fils, Barayar et Pampa le saluèrent comme un guerrier, comme les hommes qu'ils étaient devenus. Leur père les mena dans ses quartiers et leur révéla une chose que seuls eux deux savent encore à ce jour. Il ne fallait pas être des centaines pour prendre d'assauts l'ennemi. Ses lointaines pérégrinations l'avait mené à decouvrir un monde différent de l'horreur habituelle. Pour trouver les artefacts, il fallait être sept. Il rapporta qu'au lieu de continuer sa quête, il s'inquiètait trop de son peuple mourrant. Il voulait leur apporter l'espoir qu'il y avait encore un moyen de défaire cette malédiction. Le Shaman Malphas écoutant leur conversation par le biais de la vision spirituelle sourit et partit. On entendit plus parler de lui et les hommes du Brahmin, lentement, se laissèrent consummer au désespoir. La défense faiblit, les débordements se firent plus nombreux et la bulle de haine dans le clan, éclata. Tous perdirent de vue que le véritable objectif était de détruire Bul'Alastor et s'entre-déchirèrent. Jormungar, blessé à mort en voulant protéger Pampa et Barayar les supplia de continuer à faire vivre l'esprit du Grand Brahmin, de retrouver le Shaman et les artefacts, et de détruire une bonne fois pour toutes, le démon Bul'Alastor.

C'est en chargeant, montés sur un bison, que Pampa avec toutes ses potions et herbes, et que Barayar équipé en armure complète, partirent en se taillant un passage dans les rangs, avec l'épée du Brahmin, en quête de vengeance. En guise d'adieu à leur clan détruit par sa propre traitrise, ils firent chanter une dernière fois la Corne de l'Alliance et s'en furent au loin, vers le désert...
------------------------------------------------------------------------------------------------
Hichtorl mà vitsh na hulia !
"Force et gloire aux hordes !"

BRAHMIN ! FUS BIR BIIIIR ! ! ! ON LES DEMONTE, ON LES ENFONCE ! ! !

Jean Kule, ouvrier du Baron Ludwig Von Piniata et fournisseur général de la Neuvième Légion du Trépud.


Dernière édition par Barayar le Mar 7 Aoû - 10:08 (2012); édité 6 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité







MessagePosté le: Jeu 2 Aoû - 13:32 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le Clan du Brahmin Index du Forum -> Public -> Présentation du groupe
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure